Nos sytlistes

Rencontre avec Véronique Billiet, lauréate 2007

La particularité de la Haute Ecole Francisco Ferrer, c'est l'aspect pratique de son approche et le réel souci de donner à ses étudiants des débouchés concrets. Afin de ne pas les lâcher dans un univers professionnel où les lois du marché sont aussi importantes que le talent des stylistes, tous les aspects de la commercialisation d'une collection sont enseignés aux étudiants. Du dessin à la vente, chaque stade du développement d'une collection est enseigné et les critères de rentabilité et de faisabilité sont pris en compte pour chaque étape. Une approche pragmatique pour des étudiants qui ont, dès lors, la possibilité de s'essayer à tous les exercices et de devenir, pour les employeurs des candidats immédiatement opérationnels. Comme chaque année, les élèves ont élaboré une collection complète qui se décline tantôt à travers une thématique, tantôt autour d'une histoire ou d'un mot clé. Un exercice qui permet aux jeunes créateurs de mettre leurs idées au service d'un projet global et de travailler en parallèle la cohérence et la créativité.

Véronique Billiet

Agée de 24 ans à peine, Véronique Billiet déploie une originalité subtile. Elle a façonné sa collection, autour d'un thème particulièrement riche, empreint de solides références littéraires. Intitulée Georges Sand, cette collection propose une interprétation féminine de costumes basiques empruntés au vestiaire masculin et joue ainsi sur le féminin/masculin avec beaucoup de délicatesse.

Véronique Billiet "Une référence littéraire, c'est un fil rouge et cela me soutient dans la création mais en plus cela donne la force à ma collection. Georges Sand et son univers correspondent à l'esprit que je voulais exprimer à travers mes vêtements".
En effet, c'est une collection forte et cohérente: elle y revisite le trois-pièces et s'amuse à y intégrer des détails très travaillés: que ce soit une coupe atypique, des asymétries ou des éléments de finition ultra-féminins.

"Le vêtement masculin a été ma base de travail", explique-t-elle, "j'ai pris comme esquisse le costume d'homme des années 40, sur lequel je me suis amusée à accentuer ou à retravailler certains éléments: manchettes allongées, dissymétries, jeux de plis, encolure retournée... Le détail d'un vêtement permet d'imprimer une personnalité à des modèles classiques tout en les gardant parfaitement portables."

Véronique préfère les tissus unis, ou tissés d'une fine ligne rose, pour la touche féminine.

Nous avons beaucoup aimé son sens soigné de la coupe, son approche tout à fait originale des finitions et son idée de traiter les matières masculines de manière éminemment féminine.
 
Ingrid Van Langhendonck paru chez "Marie Claire"

INTRO - FR - NL - EN

avenue de Nivelles 39 | 1300 Limal | Belgique | [ Plan ] | Tél.: +32(0)10/41.05.99 | Fax: +32(0)10/43.93.27 | info@taiza.be